Mon cœur, ce calvaire de manège de Beauce Carnaval

nourri aux escabeaux du désir, aux fossiles du manque,

aux boules de bingo et au théâtre de l’internet,

devient enfin un simple balancement d’arbre mort

qui s’égraine dans l’indigo de la