1

énorme lever de soleil jaune orange et sur basses vallées comme hauts plateaux, fourrés, taillis — des branches et des morceaux de bois comme mitraillette
ou bazooka
 — on se surprendrait à porter le badge du nom de notre quête de bête — 6 h 58 en gare de Champtocé-sur-Loire — où il faudrait bien remonter à plusieurs milliers d’années pour s’assouvir.

2

comme d’autres sans doute depuis combien de temps je matais trace laissée par bêtes à travers les herbes — trace filant inusable. indéviable. sans pensée. — sans pensée depuis des milliers d’années et je me rassure comme je peux : des centaines d’autres hommes firent la même chose — ils matèrent la trace — ils cherchèrent la bête — mais je me questionne sur ce troupeau qu’on mène à la ville bien concentré sur les écrans les téléphones — et je suis assis là moi aussi — pour quelle quête sommes-nous nés — pour quelle bête sommes-nous nés ?

3

serait bel objet d’étonnement que de croiser la bête par exemple dans les plates plaines de Vendée où elle fut repoussée — tuée — chassée — il y a déjà plusieurs milliers d’années par des hommes qui en tiraient profit, fierté, habits, manger, têtes et poils à se répéter que nous étions chasseurs, nous étions cueilleurs— en témoigne cet homme en maillot de corps et caleçon — petit bol à la main il collecte des mûres, petites baies noires pour son manger du matin — je l’aperçois sur la route du Sud — le chemin de la bête. 

4

(sur le chemin de la bête, donc) 

à observer les vergers les jardins ou encore : un constructeur de tiny houses petites cabanes en bois pour lesquelles la législation est changeante — serait-ce la même chose cette quête appelons un ours un ours — le nettoyeur de carreau station helper — la serveuse station helper — et dans quelque temps un conseil vaudra monnaie trébuchante, pauvre bête — 

5

forêts — landes — encore peuplées de quelles bêtes (et pour combien de temps ?) — des pins des sapins conifères et si c’était apprendre le nom des plantes — ou bien réviser le souvenir de l’ascension du mont Vlădeasa (où nous faisions infuser des branches attrapées au vol de notre progression dans la neige) — là quelqu’un avouait la vision de la bête, et que sa quête se résumait à retrouver le calme du chalet, ce qui fait beaucoup pour le poème et les kilomètres — j’en reparlerai.