Oh

le courant

qui vous saisit

par en dessous

 

Et les suées de tout le corps

montent violettes

jusqu’à la tête du plaisir

et jaillissent, séminales 

à la source de Liard River

sous les caresses des bouillons

liqueur suintée

se répand, brûlante

dans le réceptacle de la montagne…

dans le creux de

 

… où des femmes se baignent

en aval

dans le tiède du bassin.

 

Et qui sait, vraiment

si la liqueur jaillie

ne s’est collée aux sexes

– des baigneuses

ne s’est frayé chemin

– dans leurs antres

n’a trouvé les œufs

– au fond des trompes

et ne les a fécondées

– avec la montagne… 

… et si ces femmes

au giron si chaud

n’enfanteront

des oursons jouisseurs

qu’elles allaiteront

comme les Aïnoues du Japon.